Bienvenue à la Wammy's House ! Un orphelinat pour surdoués.. Qui gagnera la course ?
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 April Lawrence

Aller en bas 
AuteurMessage
Abby

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 19/04/2011

Who Am I ?
Class:
Relashionships:
Identity Card :

MessageSujet: April Lawrence   Sam 30 Avr - 13:51

{ I D E N T I T Y . C A R D }

Véritable Nom & Prénom : Lawrence April
Prénom & Nom d'emprunt : Abby
Âge : 17 ans
Spécialité : La logique - La mémoire
Orientation : What ? Bisexuelle sûrement.
Date d'arrivée à la Wammy's House : 1997 [14 ans]
Classe : 2, mais je moque pleinement de ce système que je trouve inutile.
QI : 167
Manie : J'ignore très facilement les autres avec mon casque sur les oreilles
Groupe : Other ou Degenerates [A vous de voir, je ne sais pas exactement]




{ M E N T A L . A N D . P H Y S I C A L }

Caractéristiques Physiques :
Physiquement, je n'irais pas jusqu'à venter ma beauté. Je ne me considère ni belle, ni laide. Je dirais simplement de moi que je suis mignonne, un peu moins moche que certaine mais un peu plus belle que d'autre. Tu saisis ?

Je mesure un mètre soixante-cinq pour cinquante-quatre kilos. Oui, je sais, Je suis un peu en dessous de la norme, Je devrais faire trois kilos de plus pour atteindre mon poids dit idéal. Mais entre nous, ça ne se vois pas des masses, si ? Trois kilos, c'est rien du tout. Mes muscles ne sont pas sur développés. Dieu merci. Mais suffisamment travaillés pour te foutre une belle droite dont tu te souviendras si tu m'emmerde. J'estime avoir ce qu'il faut où il faut. Mes hanches elles, en revanche sont plutôt larges et ma taille fine, au même compte que mes jambes, que certains qualifies comme élancées. Mais pas d'inquiétude. Je ne me casse pas si facilement !

Bon, après avoir parlé du plus gros. Autrement dis, de mon corps. Je vais tenter de vous décrire au mieux mon visage. Mon père m'a souvent dis que plus le temps passait, plus je ressemblais à ma mère. Je le prends comme un compliment, même si à mon avis il en rajoute un peu. Ma mère était vraiment une très belle femme. Contrairement à moi. Enfin... Peut être que si je prenais d'avantage soin de moi je serais aussi charmante qu'elle ? Mais passons. C'est mon physique que je dois décrire !

Les traits de mon visage son plutôt fin. Mes sourcils fins, (oui car je m'entretiens au minimum tout de même. Dans le fond je reste une femme), participent au dessin de mon regard vert très expressif. Mon nez est plutôt petit, légèrement retroussé. Et ma bouche est fine. Mes deux yeux sont rarement visibles en même temps. Car ma frange noire, au même titre que le reste de mes cheveux, très longue que je range de son côté chaque matin un peu a l'arrache vas et vient comme bon lui semble. Mes cheveux d'ailleurs sont plutôt longs. Il m'arrive un peu au dessous des omoplates et sont légèrement ondulés.

Pour mes vêtements ? Là c'est autre chose, je n'ai pas vraiment de style particulier, je mets ce qu'il me passe sous la main que se soit mes affaires ou non. Il n'est pas peu courant que je porte les vêtements que je trouve ci et là à trainer. J'ai quelques bijoux que je garde précieusement car ils ont une valeur sentimentale, sinon je suis tatouée au bas du ventre côté droit, tatouage qui remonte au nombril avec un piercing à celui-ci.


Caractéristiques Psychologiques :
Décrire son propre caractère est quelques chose de très difficile car on se perçoit mal soi-même. Mais je vais faire de mon mieux afin d'assouvir cette curiosité qui est la tienne. N'est-ce pas ?

Je commencerais donc par dire que je suis quelqu'un de relativement calme et posée au quotidien, je suis plutôt douce avec mon entourage et je réfléchis beaucoup avant d'agir, parfois même trop. Enfin, généralement. Car comme tout le monde il m'arrive de péter mon câble lorsqu'on me titille un peu trop. Il en faut beaucoup certes, mais quand on me cherche. On me trouve !

J'estime mon esprit relativement ouvert, les pensées viennent, s'incrustent, mais peuvent partir à tout moment si quelqu'un me donne de bons arguments pour me permettre de penser le contraire. Je suis quelqu'un de très sociable, même si ce n'est que très rarement moi qui prend l'initiative d'aller vers les autres. J'aime connaître les gens.

Je suis loin d'être stupide, je ne dis pas ça pour me venter. Et ce n'est même pas moi qui l'ais dis la première ! Je ne suis pas surdouée, mais mon quotient intellectuel est quelques peu supérieur à la moyenne. J'apprécie les beaux livres, l'Art avec un grand A et les dessert. En particulier les friandises bien sucrées.

Après par moment, je ne saurais expliquer comment mais j'ai une fâcheuse tendance à m'emporter pour un rien. Je peux devenir très agressive sans une raison apparente, c'est ce que l'on appelle être bipolaire non ? Je suis entrecoupée de période de stabilité, dépression, et autres comportement. J'ai comme on le dit une fluctuation anormale de l'humeur. En fait pour résumer dans le gros, je suis ce que l'on peut dire, très lunatique, quelqu'un qui passe de blanc à noir en un instant par des coups de sang plus qu’embêtant. Mais sinon je suis vraiment une personne adorable, enfin faut il encore m’approcher quand je suis bien lunée, ou encore savoir s'y prendre.



Aime & N'aime pas : J'ai beaucoup manger des choses sucrées, je me moque de mon poids, j'adore aussi passer mon temps dans la musique. J'ai horreur de toute forme d'autorité, que l'on me dicte sa loi.



{ Y O U R . S T O R Y }

Il fait nuit, j’ai froid, ma tête tourne, je crois que j’ai trop bu... Non en fait j’en suis sûre, j’ai carrément trop bu, la preuve en est que je me sens plus en sécurité en tenant les murs qu’avec les pieds au sol, enfin bref… En me voyant dans cet état on peut se demander comment j’en suis arrivé à errer dans les rues du centre-ville, mes vêtements sont comme ceux des clochards et avec une telle tête d’ivrogne je dois certainement en être effrayante. Je vais encore me faire réprimander parce que j'ai fait le mur, mais je m'en moque au final. Il faut dire qu’une date d’anniversaire comme celle-là ça se fête, ou peut-être pas. Si je sais toujours compter ça fait pile poil 3 ans ou peut-être 4 ans ? Je ne sais pas en fait, tout ce que je sais c’est qu’il y a un que c'est aujourd'hui donc ça se fête ! Et puis pour un tel évènement on essaie plutôt d’oublier et on ne cherche pas à compter les années mais inconsciemment c’est tellement ancré que l’on n’y arrive pas car une partie de nous-même tient à se rappeler des erreurs que nous avons faites pour mieux avancer. Je trouve parfois que le fonctionnement de la mémoire peut être sadique…

Ah oui j’oubliais l’essentiel. Je me présente, je suis April Lawrence. Si vous voulez je peux vous raconter une histoire ? Mon histoire ? Et bien allons y. Je suis né… Je ne sais plus… Je sais que c’était un 7 Août mais je ne saurais vous dire l’année, à vrai dire je ne sais plus exactement quel âge j’ai, mais peu importe. Je pourrais vous dire comment ma mère a accouché, mes premiers mots, etc… Mais ça on s’en euh ? Contrefiche un peu ? Oui c’est ça on s’en fou en fait. Bref dans ma famille nous étions 5 : Mes parents et mes deux frères, ils étaient tous deux plus grands que moi et étaient jumeaux, ils se prénommaient Aaron et Mickaël. Bien, et si nous entrions un peu dans les détails ? Je suis né de l’union entre une femme humaine et un homme peu recommandable. Mon père faisait partit de ceux qui trempent dans les histoires pas nette, de mafia et trafiquant en tout genre. J’aimais très sincèrement mes deux parents bien que parfois je pestais légèrement contre mon père car maman recevait très souvent des menaces de mort mais jusqu’à présent toujours rien. Mon père disait qu’il ne fallait pas s’inquiéter, que c’était des mots en l’air sans aucune importance et nous l’avons cru…

Je devais avoir aux alentours de 10 ans lorsque le drame s’est produit. Nous venions de rentrer de l’école, maman était dans la cuisine et Aaron lui donnait un coup de main, c’était son tour. Mickaël et moi nous jouions dans le salon quand tout d’un coup il y eut un grand bruit sourd, j’entendis ma mère pousser un cri d’étonnement et des hommes parler d’une manière que je n’aimais pas. Je voulais aller voir ce qu’il se passait mais mon frère m’attrapa par le bras et me tira avec lui jusque dans l’armoire du couloir. Avec violence la porte menant à la cuisine s’ouvrit faisant un bruit de fracas. J’avais envie de crier et d’appeler ma mère mais il posa sa main sur ma bouche m’empêchant de le faire. Par la rainure de l’armoire on apercevait maman et Aaron. Un des hommes parlait, il n’arrêtait pas de dire qu'il allait falloir payer, ou je ne sais quoi d'autre. Il ajouta sûrement les raisons de cette descente mais je m'en excuse, je ne me souviens pas exactement, j’avais tellement peur que ma tête faisait un rejet de tout ce qu’il disait, ses paroles se transformaient en bruit de fond sans aucune signification distincte.

Des secondes s’écoulèrent comme ça, ou peut-être des minutes, je n’en ai pas la moindre idée en fait. Tout ce dont je me souviens c’est que cet homme a demandé à ma mère si elle n’avait pas d’autres enfants et elle a répondu qu’Aaron était son seul et unique fils, à ce moment-là j’ai senti mon cœur se serrer et Mickaël resserra également son étreinte sur moi. Nous avons tous deux eu du mal à encaisser cette phrase mais nous avons compris plus tard que ça lui avait fait d’autant plus mal à elle et qu’elle avait avant tout dit ça pour nous protéger de ce monstre qui en voulait à notre vie. Après avoir eu confirmation qu’il n’y avait que maman et notre frère dans la maison l’homme qui était apparemment le leader se mit à ricaner, il attrapa une barre en fer que tenait l’un de ses complices et sans aucuns sentiments il frappa la tête de mon grand frère. Avant que je ne puisse en voir davantage Mickaël m’attrapa contre lui posant mon visage contre son torse, m’empêchant toujours de crier. J’entendais ma mère hurler, elle hurlait de tristesse de peur, je ne saurais comment décrire ces hurlements car je n’en ai jamais entendu de pareils. J’étais terrorisé, mon cœur battait à une vitesse incroyable et mon frère me tenait au plus fort contre lui, je sentis une larme tomber sur ma joue, il pleurait, dans mon état je n’arrivais même pas à fermer les yeux, les laissant grands ouvert alors pleurer m’étais totalement impossible… Le dernier hurlement que j’entendis de ma mère me fit éclater en sanglot, juste après ce cri j’entendis comme un bruit sourd de coup. Certainement venait-il de la refrapper. Après ça un silence s’imposa avant qu’ils ne se mettent tous à rire d’une manière qui me faisait d’autant plus peur.

Peu de temps après ils quittaient tous la maison en ricanant. Après avoir attendu un certains moment mon frère me posait sur le côté et sortait de l’armoire pour se rendre à la cuisine, il m’avait dit de ne pas bouger et de l’attendre mais la curiosité quand on est enfant est un véritable fléau, c’est impressionnant la force dont on a envie de faire les choses quand on nous les interdit. J’ai attendu de l’entendre entrer dans la cuisine puis à peine la porte avait grincé qu’il se mettait à crier. Je l’entendais courir, de suite je sortais du placard me précipitant vers la cuisine ouvrant la porte et là devant mes yeux, une mare de sang, mon grand frère et ma mère gisant au sol dans leur sang, on les avait tué d’un coup de barre en fer dans la tête chacun. Mon cœur se serra et je ne sais pourquoi, certainement le choc mais je me mis à vomir. Une fois calmée je me retournais remarquant que Mickaël avait recouvert leur tête avec des torchons de cuisine. Il avait sûrement eut plus de facilité à garder son calme, il faut dire qu'il était bien plus âgé que moi... Pardonnez-moi mais je ne peux décrire davantage… Tout ce que nous avons compris à ce moment-là avec mon frère c’est que maintenant tout ne sera plus jamais pareil.

Quelques temps plus tard notre père rentrait de son travail nous trouvant dans la cuisine l’un contre l’autre assis dans un coin à pleurer. Nous avions tout laissé tel quel pour que papa puisse voir ce que nous avions vu, et puis nous n’étions pas en état de toucher quoique ce soit. Une fois dans la pièce il se précipita vers nous, nous prenant dans ses bras retenant ses larmes. Il commença à s’excuser, on voyait bien qu’il se sentait coupable, il nous raconta ces choses inutiles comme quoi maintenant tout allait aller pour le mieux, ou du moins mieux qu’avant, et Bla et Bla et Bla… Nous on s’en foutait de ça, on voulait juste récupérer Maman et Aaron. On s’en moquait de tout ça, mais il ne le comprenait pas.

[…]

La mort de Aaron fit un grand vide car à tous les trois bien que j’avais 6 ans de moins que mes deux grands frères nous formions en quelques sortes des triplés, nous avions un lien incassable, une telle complicité ne se voit pas tous les jours. Mais lors du meurtre de notre frère quelque chose a été cassé, brisé de mille morceaux… Et ça même Mickaël l’avait compris, plus rien ne serait plus comme avant entre nous deux… Non plus jamais… C’était dur à admettre mais notre vie allait changer du tout au tout nous ne pourrions plus jamais redevenir ceux que nous étions. Peu de temps après le meurtre de maman et notre frère, Mickaël se mit à haïr papa, moi c’est vrai que je lui reprochais un peu ce qu’il était arrivé mais pas au point de mon frère, lui il le détestait à un point non descriptible, je ne saurais comment l’expliquer. Pour lui la mort de maman était entièrement de sa faute, il lui reprochait de ne pas avoir été là et de ne pas nous avoir protégé tous les quatre…

Les années passaient et tout allaient de pire en pire bien que l’on aurait cru que les choses s’amélioraient. Et je crois que même papa voulait croire à cette amélioration mais moi je le voyais, tout allait en se dégradant… J’aurais dû prévoir ce qui allait arriver ce soir-là, j’aurais dû. Mais qui aurait cru que tout se passerait ainsi ? Il y avait beaucoup d’autres possibilité alors pourquoi celle-là ?! A ce moment-là ça faisait 3 ans que maman et Aaron étaient décédés, j’avais 14 ans et Mickaël 20 ans. Sa haine grandissante envers notre père mais il ne lui avait jamais rien fait seulement son attitude vous vous doutez certainement donc je ne vais pas vous décrire. Bref en ce jour ça faisait très exactement 3 ans jours pour jours que deux membres de notre famille avaient été assassinés froidement. Depuis y avait il eut des changements ? Pas tellement, juste un déménagement sinon le reste ne sont que choses inintéressantes. Nous étions au repas du soir, je me levais chercher un plat dans la cuisine mais quand je revins l’horreur se produisait de nouveau sauf que maintenant c’était mon frère qui était en possession d’une arme. Il tenait un révolver à sa main gauche, l’embout visant la tête de mon père, je ne savais pas comment il l’avait obtenu mais le fait est qu’il l’avait. Il hurlait contre mon père, la seule chose que j’ai retenue est qu’il disait qu’il n’en pouvait plus, s’en était plus qu’il ne pouvait supporter. Je ne saurais exactement vous décrire comment les choses se sont déroulées mais la balle est partie. Mon frère, mon dernier frère, la dernière personne en qui j’avais confiance, celui à qui j’étais prêt à tout donner, lui, il venait de tuer ce qui était mon, non, notre père sous mes yeux. Il avait appuyé sur la gâchette avec une telle assurance dans les yeux, une haine indescriptible, à ce moment-là il me faisait peur. Je lâchais le plat se trouvant dans mes doigts, me mettant à hurler.

« Mickaël !!! Mais qu’est-ce que tu as fait ?! Pour quoi ?! Pourquoi l’avoir tué ?! Il avait pourtant essayé de se racheter ! Il souffrait déjà suffisamment ! Répond moi Mickaël !!! »

Certainement que mon hurlement l’avait sorti de son état second car il finit par regarder l’arme dans sa main puis le corps inerte de notre père devant lui. Il se mit à regarder partout puis finalement son regard croisa le mien, les larmes m’étaient montées aux yeux. Quand ses yeux se plongèrent dans les miens il eut un sourire, un sourire de soulagement et sincère à la fois. Sans que je ne comprenne il tourna l’embout de l’arme vers sa tempe, j’allais lui crier mais il me coupa parlant de sa voix normale, son air toujours aussi soulagé, il paraissait apaisé en ayant vu mon regard.

« Je suis heureux car toi tu n’as pas changé, tu es restée la même et je t’envie. Surtout ne devient pas comme moi. Vis ta vie en étant heureuse. »

Le coup de feu ! Non je n’avais même pas eu le temps de lui parler, de lui dire ce que je pensais de tout ça, de le dissuader de se suicider. JE N’AVAIS MÊME PAS PU LUI DIRE AUREVOIR !!! Pourquoi ? Pourquoi tous ceux de ma famille meurent ainsi ?! Je n’ai jamais voulu me retrouver seule.
Je n’avais pu dire au revoir ni à maman, ni à Aaron, ni à papa et même Mickaël dont je voyais qu’il allait mettre fin à ses jours je n’ai pas pu. Je n’ai jamais pu leur dire ce que je pensais, si je l’avais fait peut-être que les choses se seraient déroulées différemment ? Je m’approchais du cadavre de mon frère et m’apprêtait à faire comme lui le jour de la mort de maman et Aaron mais à ce moment-là je m’arrêtais. Il était le seul membre de ma famille que j’avais vu mourir avec l’air heureux. Son visage était apaisé, il ne regrettait pas sa mort…

Peu de temps après la police arrivait sur place, sûrement des voisins alertés par les coups de feu les avaient prévenus. Étant alors trop jeune pour m'assumer seule je fus envoyée en orphelinat, changeant souvent car je n'étais pas simple à gérer, et au final pour une raison qui m'échappe encore je me suis retrouvée à la Wammy's House...

[…]

Vous voulez que je vous dise, tout ça m’a fait évoluer j’y ai gagné mon caractère et ma manière de voir le monde à ma façon. Si on me demande ce que je préfère ? Je dirais le fait d'être bipolaire, comprendront ceux qui le pourront, mais je n’expliquerais rien, pourtant tout cela à une signification. Ce que je suis aujourd’hui ? Une jeune fille, dont la fluctuation anormale de l'humeur se fait de plus en plus voyante. Mais on est comme on est et je m’accepte comme je suis, je ne changerais jamais.
De toute manière quand on ne plait à personne rien ne sert de changer.


{ B E H I N D . T H E . C O M P U T E R }

Comment t'appelles-tu ? : Sandy
Pseudonyme : /
Comment as-tu trouvé le forum ? : On m'en a donné le lien
Comment est le design ? : Pour ma part je le trouve bien ainsi.
Âge : Entre 16 et 20 ans
Mangas Préférés : Death Note / D.Gray Man / Ceux de l'auteur Kaori Yuki / Kuroshitsuji / Doubt / Übel Blatt / Et d'autres encore, je regardes très peu de Shojo, ceux de l'auteur citée plus haut sont en fait les seuls.
Personnage préféré dans Death Note : J'aime beaucoup Mello, ainsi que Matsuda. Après ça varie selon l'humeur.
Code : Okay by Nighty ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mlle Pumpkin
{ Easter Bunny & Chasseuse de Citrouilles }
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 15/04/2011
Age : 22
Localisation : En train de manger des monster munch !

Who Am I ?
Class: Classe Elite
Relashionships:
Identity Card :

MessageSujet: Re: April Lawrence   Sam 30 Avr - 16:28

Il y a bien quelques fautes d'orthographe, mais ton rp est agréable à lire Very Happy pense tout de même à utiliser Word ! (c'est parfois utile)
Pour ma part, je te classe dans Others parce que tu es plutot calme, alors que les Dégénérés sont à fleur e peau à chaque seconde, et le meurtre les cueille comme le sommeil~

je te valide sans tarder Very Happy

Bon rp !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
April Lawrence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» { April J. Wheeler ___ Finished
» (F) April L. Burns • ça va swinger!
» Lè yo touye ti kochon kreyòl yo, yo fini ak klass peyizan yo.
» Hallie Halloway | Fiche Achevée
» Haiti and the Danger of the Responsibility to Protect

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wammy's House  :: { New Visitor ? } :: Identity Cards :: Fiches validées :: Others-
Sauter vers: